AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cause I know you love me.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Cause I know you love me.   Dim 17 Oct - 10:14

lùdmila magdalena knight


feat MINKA KELLY

Nom :
Knight.
Prénom(s) :
Lùdmila Magdalena, appelée le plus souvent : « Milla ».
Race & Groupe sanguin :
Humaine en apparence, c'est en réalité une Changeuse | B-
CV :
Elle a son diplôme, mais les choses s’arrêtent là. Trop préoccupée par savoir ce qu’elle était en réalité, elle n’a jamais cherché à pousser ses études plus loin. Néanmoins elle n’est pas bête pour autant et a un très joli coup de crayon.
Date de naissance & Situation familiale :
13 Février 1986 | Ses parents sont toujours en vie mais elle n'a que très peu de contacts avec eux ; par ailleurs elle n'a jamais été mariée ni même fiancée.

Une phrase :
« Si j’étais toi, je m’inquièterais déjà pour moi. »
Mots et expressions en vrac :
Relativement peu patiente ▬ extravertie ▬ il faut toujours se méfier de l'eau qui dort ▬ accorde difficilement sa confiance ▬ a coupé les ponts avec ses parents ▬ se donne l'air insouciante et joyeuse pour qu'on lui fiche la paix ▬ si elle n'a pas envie d'avoir de la compagnie, elle s'arrange pour le faire sentir ▬ n'aime pas les vampires, c'est un fait ▬ très douée avec ses deux mains ▬ aime dessiner, excelle dans ce domaine ▬ n'a pas de permis ▬ n'avouerait jamais sa capacité de Changeuse à moins d'être sûre que la personne ne prendrait pas ses jambes à son cou ▬ mais se sent à l'aise en tant que shape-shifter ▬ adore se transformer ▬ forme favorite, le coyote ▬ dévorer ses proies vivantes sous forme animale ne la dérange pas plus que ça ▬ aime prendre du chocolat pour masquer un goût désagréable suite à une chasse ▬ est capable de terminer une partie de billard sans avoir laissé son adversaire jouer ▬ ne fume pas ▬ apprécie l'alcool, mais ne le tient pas longtemps ▬ les hommes l'aiment, et elle aime les hommes ▬ elle cambriole des maisons/bijouteries/autre (rayez la mention inutile) pour joindre les deux bouts parfois ▬ donne l'impression d'être une femme fragile que l'on peut dominer, mais ne supporte pas en réalité qu'on tente de prendre le dessus sur elle ▬ dès qu'on pénètre dans sa chambre, c'est à double tranchant : intime et dangereux ▬ comme bon nombre d'américains, elle a un permis de port d'armes, officiellement ▬ elle connaît quelques bases d'auto-défense ▬ sait très bien manier le couteau de combat qu'elle cache toujours sur elle ▬ possède un Sig Sauer P232 dans la boîte à gant de son 4x4 et un Desert Eagle sous son matelas ▬ elle n'est pas un cordon bleu, mais se débrouille ▬ son plat favori est celui qu'elle sait le mieux faire, les pancakes ▬ elle parle un peu français ▬ si elle n'est pourtant pas capable de tenir une discussion entière en cette langue, elle se souvient par contre de tous les jurons possibles et imaginables ▬ couleur favorite le rouge, qu'elle ne supporte pas de voir sur un homme ▬ enfin, c'est compliqué ▬ il ne faut jamais dire jamais ▬ est assez entreprenante avec les hommes, quand on y pense ▬ peut se montrer maladroite ▬ porte pratiquement toujours des jeans/baskets/petit haut ▬ est assez mal à l'aise dans les tenues très féminines comme les robes ▬ etc.
Autre chose :
Fiche de présentation pour les curieux et les curieuses.


© Mimz


Dernière édition par Lùdmila M. Knight le Dim 17 Oct - 10:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cause I know you love me.   Dim 17 Oct - 10:31



milla's relationships
.


      ♠♠ Simon LemoyneThere is something between us, you can't deny it.
        Boss&Friend ▬ good relationship, strange feeling & attraction


      ♠♠ Dorian PavloskyI pretend like I don't care, but I feel pursued.
        Predator&Prey ▬ bad relationship, feeling like a prey & like an attraction


      ♠♠ L. Emilio NerudaAlone and helpless, just like a picture of me.
        Friend&Substitute ▬ good relationship, attraction & i see someone else in your eyes


      ♠♠ Who ▬ What else ?
        Relationship ▬ relationship


Dernière édition par Lùdmila M. Knight le Mar 2 Nov - 8:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cause I know you love me.   Dim 17 Oct - 10:32



milla is searching
.


    Ex-amant

    « C’était sympa, mais ça s’arrête là. » Amant d’une nuit ou de quelques jours, il était juste devenu trop curieux. Ce qu’il y a de bien avec les aventures d’un soir, c’est que l’on a pas besoin de se justifier lors d’un retard, pas besoin de modeler un masque de mensonge pour paraître normal. On est tel qu’on est, on se plaît tel qu’on est. Puis, on passe à la vitesse supérieure, généralement bien avant d’avoir pu demander : « C’est quoi ta couleur préférée ? ». C’est instinctif, presque animal. Il en va de certaines choses qui n’ont pas besoin d’être expliquée, un peu comme quand on se retrouve à baisser la température de l’eau pour éviter de se brûler. Seulement, lui, il ne s’était pas contenté de sa couche, il avait voulu plus. « Tu es arrivée quand ici ? » « Tu travailles où ? » « Tu aimes les pancakes ? ». Des questions, toujours des questions. Ce n’était pas bien méchant au départ, mais plus le temps passait, plus il s’intéressait à elle et ça, c’était tout à fait le genre de choses qu’elle cherchait à éviter. L’attachement, le contact prolongé. Elle ne voulait pas d’un petit ami. Elle voulait juste de quoi s’amuser. Alors elle s’était réfugiée derrière un mutisme qu’elle avait espéré assez convaincant pour qu’il lâche l’affaire ; elle ne répondait plus à ses textos, pas plus qu’elle ne décrochait lorsqu’il l’appelait. Et quand il prenait l’initiative de passer la voir chez elle, ou sur son lieu de travail, elle prétextait devoir s’en aller et remettait les explications à plus tard. Il n’était pas envahissant, bien que d’après ce que l’on voit de lui, on pourrait le penser. Il commençait juste à s’attacher, à l’apprécier. Alors elle fuyait. Puis, il y avait eu ce soir-là. Un soir de pleine lune. La journée, il était passé la voir dans sa petite chambre au Hauterive Motel. Elle avait songé à lui dire d’aller se faire voir, mais finalement ils avaient fini sur le lit à échanger des baisers torrides. Le désir qu’ils ressentaient l’un envers l’autre ne changeait pourtant rien à l’affaire, elle voulait se séparer de lui malgré tout. Néanmoins la pleine lune arrivant elle s’était dépêchée de le mettre dehors, lui refilant ses affaires et prenant son 4x4 pour aller s’enfoncer dans les bois avant que le soleil ne cède la place à l’astre d’argent. Ce qu’il avait fait ? Elle l’ignorait. Au petit matin, elle l’avait juste trouvé devant sa porte avec un regard interrogateur : « Pourquoi tu quittes la ville un soir de pleine lune ? ». La question de trop. Elle l’avait observé, ses iris bruns s’attardant sur cette silhouette qui commençait à devenir beaucoup trop familière, puis son menton s’était relevé et elle lui avait dit que c’était fini avant de le planter là comme un con. Si seulement c’était aussi simple.


    Prédateur. ♂♀

    « Arrête de me regarder comme ça, tu veux. Tu n’auras jamais la chance de poser tes sales pattes mortes sur moi, et encore moins de plonger tes crocs dans ma gorge ; alors va baver ailleurs. » Les vampires et elle, c’est une grande histoire d’amour. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle ne les a jamais porté dans son cœur. Leur peau blafarde, leur irrépressible sentiment de supériorité face aux humains, ou tout simplement le fait qu’ils aient besoin de vous pomper le sang pour « vivre », autant de choses qui – pour la belle – étaient suffisante pour les haïr. Cela a peut-être à voir avec le fait qu’un de ces suceurs de sang la couve d’un regard affamé à chaque fois qu’elle a le malheur de croiser son chemin. Ils ne se connaissent pas à proprement parler, ils se sont juste trouvés au même endroit au même moment. Et apparemment, elle lui fait envie. Elle ignore si c’est son corps ou son sang, mais rien que le fait qu’il l’observe ainsi la répugne. Elle ne sait rien de cet être, ni son nom, ni sa position dans la hiérarchie vampirique : rien, nada, peanuts, que dalle. Et très sincèrement, son sommeil n’en n’est pas le moins troublé. Elle sait qu’il ne faut pas jouer avec le feu, pourtant elle n’a de cesse de le provoquer à chaque fois qu’elle le voit. Elle lui fait comprendre, à sa façon, qu’il ne l’aura jamais. En un sens, elle n’attend que l’occasion pour lui foutre un bon coup de poing afin de lui remettre les idées en place. Oh, bien sûr, elle n’est pas assez bête ou écervelée pour penser avoir le dessus, ce qui ne l’empêche pas de fanfaronner haut et fort en sa présence. Mais le pire, dans cette histoire, c’est que ses remarques ont l’air de profondément amuser le mort-vivant ; comme si le fait qu’elle lui résiste ainsi était irrésistiblement drôle. Quelle pourriture.


    Sam

    « Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas… J’ai trop bu, tu me ramènes ? » Une soirée un peu trop arrosée au Glorious Tankard, un bel homme et une fille juste assez éméchée pour avoir envie de passer une nuit torride. Si leur rencontre aurait pu déboucher sur une aventure d’un soir, ça n’a pas été le cas. En se réveillant le lendemain matin, elle pensait se retrouver nez-à-nez avec un de ces types qui dorment sur le dos, la bouche grande ouverte. Ou encore ne retrouver rien d’autre qu’une gueule de bois affreuse. Pourtant, « Sam », comme elle l’a surnommé – en référence à cette célèbre publicité française sur l’alcool au volant – n’avait pas profité de son état d’ébriété pour abuser d’elle. Il s’était contenté de la ramener, et de lui laisser son numéro sur la table de chevet avec un petit mot lui conseillant de l’appeler la prochaine fois qu’elle se retrouvait incapable de conduire. Ce qu’elle s’était dit ? Qu’elle était tombée sur un gay. La seconde possibilité étant qu’elle ne l’intéressait pas, elle la refoula tout naturellement. Voyons, qui pourrait ne pas avoir envie d’une superbe brune au corps de rêve ? Surtout lorsque ladite créature était dans un état tel qu’elle était capable de satisfaire tous vos désirs. Non, il était forcément gay. C’était ça, ou bien elle avait eu la chance de rencontrer le prince charmant, sans le reconnaître. Quoi qu’il en soit, elle ne l’a jamais rappelé et elle s’en garderait bien ; non pas qu’elle soit homophobe, mais plutôt qu’elle craint de ne lier avec cette personne des liens plus qu’amicaux si elle se révélait hétéro. Et puis… comment dire… elle serait tout bonnement incapable de le reconnaître même si elle l’avait en face d’elle. L’alcool avait effacé de sa mémoire son visage. Un bon samaritain anonyme, voilà ce qu’il était pour elle. Et même si, intérieurement, elle s’en veut de ne pas se souvenir de lui, elle se rassure en se disant qu’il n’était peut-être plus à Saint-Bel, ou qu’il l’avait oubliée. « Surtout, ne pas penser qu’il peut être n’importe qui… ce beau serveur au Glorious, ou le barman tiens… Et si c’était mon boss ? Non… Il me l’aurait dit… » Et oui, ça peut vraiment être n’importe qui.


    La bonne copine.

    « Je te parie quinze dollars que je peux avoir ce type avant toi. Comment ça, t’as pas envie de jouer ? … Tu préfères faire une partie de billard, peut-être ? Oh allez ! » En arrivant à Saint-Bel, elle pensait rencontrer des personnes gentilles mais un peu effacées. Le stéréotype de la citadine qui va à la campagne, en quelque sorte. Pourtant, lorsqu’elles se sont croisées, elle s’est rendue compte qu’en plus d’y avoir des gens sympas, cette petite ville regorgeait de surprises. Elle n’aurait jamais imaginé rencontrer quelqu’un avec qui elle s’entendrait si bien en si peu de temps. Quelqu’un en qui elle pourrait avoir confiance sans que son secret ne vienne peser sur leur relation. Elles sont amies, et passent souvent des soirées ensembles. Qu’elles se ressemblent ou pas, elles s’apprécient. Ce qu’elle aime le plus chez elle, c’est qu’elle ne pose que rarement des questions. C’est une véritable bouffée d’air frais que de se dire qu’il existe encore des personnes qui ne se sentent pas obligées de vous bombarder de points d’interrogations à chaque action que vous faites. Seulement, ce qu’elle est loin d’imaginer, c’est que cette personne possède un secret elle aussi ; peut-être même aussi gros que le sien. Un secret qu’elle n’aurait jamais imaginé de sa part et qui pourrait bien tout changer. Qui découvrira celui de l’autre en premier ? Qui se rendra compte que son « amie » lui a caché tout un pan de sa vie, un morceau d’elle qui est loin d’être aussi normal que « Je me suis faite dépucelée à quinze ans » ou « J’étais accro à la drogue avant d’arriver ici ». Un secret pour un secret.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cause I know you love me.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cause I know you love me.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the Love Juke Box
» Spanish is the Love Tongue
» [Italie] "Love and Death" utilisée durant le match de foot Allemagne-Argentine
» Carlos Santana/Mahavishnu John McLaughlin : Love Devotion Surrender (1973)
» Crusaders of Love - 26 février - le Buzz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Until Dark :: HORS JEU :: Corbeille-
Sauter vers: