AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.

Aller en bas 
AuteurMessage
Hypatia Kallistrate

avatar

Messages : 132
Pseudo : corpseheart.
Crédits : me & tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 18:11

HYPATIA KALLISTRATE
feat. Eva Green



      DATE DE NAISSANCE : Difficile de dater avec exactitude le jour de sa naissance, elle remonterait aux alentours de 400 avant notre ère.
      ÂGE : Elle a choisi de garder l'apparence d'une femme entre vingt-cinq et trente ans, âge dorée de l'époque contemporaine.
      LIEU DE NAISSANCE : Elle a vu le jour à Thorikos, en Grèce.
      STATUT SOCIAL : Destructrice de couples professionnelle.
      CROYANCE : Elle fut mise au monde pour servir et adorer Perséphone, Déesse du monde souterrain. Elle est l'une des rares représentantes de cette croyance, voilà pourquoi elle ne porte aucun nom et n'a qu'une très petite réputation.


    NOTHING & EVERYTHING

      OCCUPATIONS DIURNES ET NOCTURNES : Par souci d’anonymat et afin de se fondre un maximum dans la masse, Hypatia apprécie avoir un travail normal, qui paie les factures et permet de rencontrer d’autres personnes. Au cours de sa très longue existence, elle a revêtu plusieurs casquettes dans diverses branches et, aujourd’hui, elle officie en tant que psychologue conjugal. Job au combien ironique qui lui confère une place de choix pour choisir ses proies potentielles. Puisqu’il ne faut pas oublier que son occupation primaire est de rendre grâce à Perséphone. Pour ce faire, elle sélectionne les meilleures candidates – elle a une préférence pour les victimes de sexe féminin, principalement jeunes – parmi toutes les demoiselles qui se présentent à elle, puis s’attelle à détruire l’affection que lui porte son conjoint, voire à développer de la haine entre eux, jusqu’à ce que la pauvre âme n’y tienne plus et mette fin à ses jours. La société actuelle rend sa tâche encore plus facile qu’autrefois tant la jeunesse d’aujourd’hui place les relations amoureuses sur un piédestal, c’est comme si une personne n’existe pas tant qu’elle n’a pas trouvé sa moitié, sans l’approbation et l’amour d’un tiers. Quand elle ne travaille pas, de façon officielle comme officieuse, Hypatia passe son temps à butiner les jeunes gens comme une abeille dans un champ de fleurs. Car il faut bien avouer qu’il n’existe peu de choses plus attrayantes que le contact chaleureux d’un corps contre le sien. Et des millénaires d’existence ne changeront rien à ce fait.
      SIGNES PARTICULIERS : Elle présente tous les symptômes d’un trouble bipolaire prononcé, voire d’une légère schizophrénie. Les longues périodes de solitude qu’elle a traversées au cours de sa vie doivent y être pour quelque chose • Elle méprise les ménades, sirènes et autres créatures qui lui sont pourtant proches, sans doute parce qu’elle leur en veut d’exister en groupes alors qu’elle est la dernière prêtresse de Perséphone errant sur Terre • Elle a voyagé aux quatre coins du globe, ses lieux de résidence préférés sont sa Grèce natale et les Etats-Unis, où elle est restée près de trois siècles avant de s’installer en Angleterre • Une relation prolongée avec une puissante sorcière, durant le Moyen Âge, lui a appris à changer d’apparence à sa guise. Le processus est laborieux et terriblement douloureux, mais cela en vaut la peine, en de rares occasions.


    BREAKDOWN & CONFESSION


    Leaning over you here, cold and catatonic, I catch a brief reflection of what you could and might have been. It's your right and your ability to become my perfect enemy. Wake up and face me, don’t play dead 'cause maybe...


    « Hypatia de Thorikos, vous avez été jugée coupable du meurtre de la jeune Déspina, fille d’Aéthliosv. Vous êtes condamnée à… »

    Une silhouette se dressa aux côtés de l’homme à la longue barbe qui continuait d’exposer le châtiment dont elle était victime depuis qu’ils l’avaient attaché à ce haut poteau. Les bras levés au-dessus de sa tête, la respiration entrecoupée, elle fixa avec intensité le nouveau venu, qui la dévisageait avec embarras, incompréhension, colère, et une pointe de regret dans le regard. Il était enfin là, son sauveur, le seul en mesure de mettre un terme à son supplice. Heron, le soleil de ses jours, tantôt chaleureux, tantôt dardant ses rayons dévastateurs. Heron, l’épine qui s’enfonçait dans sa chair jusqu’à se frayer un chemin dans son cœur dénué de toute affection. Le vieillard termina enfin la description de sa sentence, que quelques éclats de voix accompagnèrent. La condamnée esquissa un sourire en constatant que la petite foule s’éloignait dès lors, l’intérêt éveillé par cette démonstration de justice n’était qu’éphémère, seuls les principaux concernés et les voyeurs malsains avaient daigné se montrer. La peau de la jeune femme rougissait déjà sous la chaleur sèche suffocante mais elle ne se départait guère de son air satisfait tandis que l’unique individu demeuré sur place se rapprochait d’elle.

    « Qu’as-tu fait, Hypatia ? »
    « Ce qu’il fallait que je fasse. Libère-moi maintenant, cette comédie n’a que trop duré. »
    « Tu as tué une pauvre et innocente créature… » Son visage était sans expression, il osait à peine la regarder dans les yeux. « Pourquoi ? »
    « Je n’aimais guère la façon dont elle posait les yeux sur toi, avec envie et désir. » Ses paroles étaient un venin qu’elle crachait avec dédain. Elle revoyait encore les traits amourachés de cette enfant qui avait eu la sottise de s’attaquer à la proie d’un prédateur bien plus dangereux que le plus terrifiant de ses cauchemars.
    « Tu lui as donc ôté la vie par jalousie ? A maintes reprises tu m’as répété que je n’étais rien pour toi, que tu n’éprouvais à mon égard rien de plus que de la haine. Je ne comprends pas ce qui motive tes actions. » Le visage d’Hypatia se crispa en une grimace amère. Il ne comprenait rien, en effet. « Ta folie a dépassé de nouvelles limites. »

    Les lèvres de la prêtresse s’étirèrent en un large sourire malhonnête puis s’entrouvrirent pour laisser échapper un rire empli de démence. Il la jugeait folle comme ses pairs l’avaient jugée coupable ? Très bien, elle n’allait pas chercher à lui donner tort. Elle tira sur ses liens pour s’avancer un maximum et prit possession des lèvres d’Heron sans que ce dernier ne pût émettre la moindre résistance. Même la surprise passée, il ne le fit pas et rendit même son baiser avec ardeur. Au bout de quelques secondes, une douleur la força à se reculer tandis que des perles de sang s’écoulaient au coin de sa bouche. Ainsi, il se refusait encore une fois à elle. Elle recula pour s’adosser contre la colonne de bois sans le quitter des yeux.

    « Elle n’est pas morte parce qu’elle te regardait trop… Je l’ai tuée parce que tu lui rendais ses œillades idiotes. » Cela la rendait malade. Il ne l’avait jamais contemplée comme il avait pu le faire avec cette petite sotte, avec affection et bienveillance. Il se voyait sans doute marié et prêt à fonder un foyer avec elle, à deux doigts de trouver le bonheur. Cela était une option inenvisageable pour Hypatia ; il passerait le restant de ses jours à vivre une existence aussi misérable qu’elle, parce que tel était leur lot. Ils étaient les deux faces d’une même pièce, l’un ne pouvait subsister sans l’autre et ce malgré la haine sans nom qu’ils se vouaient depuis toujours. Sans une once de sympathie sur le visage, Heron secoua la tête et tourna les talons pour s’éloigner de son bourreau quotidien. Il ne prêta aucune attention à ses cris de colère et menaces en tout genre, il n’avait que trop traîner en sa compagnie, qu’elle paye le prix de ses crimes seule, comme elle le devait.

    *

    Le temple était plongé dans le noir le plus total. Il était impossible de voir à un mètre devant soi, mais Hypatia en connaissait les moindres recoins mieux que sa propre demeure, elle n’avait plus besoin de ses sens pour se frayer un chemin parmi les autels, statues et offrandes. Elle ne faisait qu’un avec l’endroit, tout comme elle ne faisait qu’un avec sa foi en Perséphone. Plusieurs lunes s’étaient levées puis couchées depuis la dernière fois où elle avait posé le pied au dehors, la notion du temps lui avait échappé peu à peu, mais l’extérieur ne lui manquait point. Son esprit était en communion avec sa déesse, elle n’avait besoin de rien d’autre. Le monde n’était qu’une distraction qui l’éloignait de sa déité. Les genoux à plat sur le sol froid, le front posé sur la pierre sombre, elle était en mesure d’entendre les murmures du Styx, les éclats de voix en provenance des Champs Elysées, les lamentations de l’Érèbe. Elle était si proche de l’état de grâce. Une compression contre son sein l’éloigna de ce monde qu’elle souhaitait sien et la ramena dans celui des vivants. Elle chercha à se débarrasser de l’importun mais ce dernier l’empêcha toute complainte d’une main fermement tenue contre sa bouche. Sans la moindre difficulté, il la souleva et vint la plaquer contre l’autel le plus proche, contre lequel elle ne fut qu’à quelques millimètres de se frapper le crâne. Ses jambes furent écartées sans aucune douceur et sa robe remontée au-delà de la décence, elle n’opposait qu’une résistance minimale. Il n’était de toute manière rien qu’elle pût faire en pareille situation. L’homme se pressa dans son dos, une main en coupe sur son sein, et la fit sienne avec une férocité qui allait de paire avec le manque. Hypatia risqua un contact du bout des doigts mais il la repoussa sans ménagement, l’obligeant à s’arquer davantage alors que ses mouvements s’accéléraient. Les minutes étaient interminables pour la prêtresse qui oscillait entre rage et plaisir, souffrance et volupté.

    « Les Enfers ne seront jamais tiens, Hypatia, » lui murmura-t-il à l’oreille tandis qu’il se reculait, rompant leur lien et le seul fil qui permettait à la femme de tenir debout. Celle-ci se glissa le long de l’autel en le cherchant du regard. Elle ne voyait rien, ne sentait rien, elle était déconnectée de tout, ne se sentait plus elle-même. Que lui avait-il fait ? Par quelle magie était-il parvenu à brouiller ses sens ? Il s’accroupit, déposa un baiser dénué d’affection sur sa joue puis s’éloigna sans qu’elle ne trouvât la force de le rappeler ou même de l’insulter. Son jeûne prolongé l’avait affaiblie, elle ne s’était pas attendue à ce genre de visite, n’y était pas préparée. Il avait compté là-dessus, l’avait prémédité, pour la briser comme elle l’avait fait avant lui. Il l’avait empêchée d’atteindre son but, il l’avait enivrée de désir pour la tenir éloignée de ce qui était son destin. Un rire dément s’échappa de sa gorge alors qu’elle s’allongeait à même le sol, collant sa joue sur la pierre gelée. Yeux clos.

    « Ma Déesse, fille de Déméter, mère de ma mère, toi que les Dieux ont trompée sans remord, offre-moi la force de le surpasser. Je jure devant toi et les Enfers tout entiers de te servir jusqu’à ce que tombe l’ultime feuille de ce monde, que le soleil se couche pour ne jamais se relever. Mes corps et sens seront tiens et tiens seuls. Je serai ta plus dévoué servante en ce royaume terrestre. »

    *

    « Qu’as-tu fait, Hypatia ? »
    « Ce qu’il fallait que je fasse. » Cette conversation laissait un arrière-goût de déjà-vu dans la bouche de la prêtresse qui cherchait à capter l’attention de l’homme qui gisait à ses pieds. Toutefois, à l’image de sa vie, son regard était fuyant. « Je devais me libérer de toi, de cet étau dans lequel tu tenais mon cœur enfermé. » Le jeu avait pris trop d’importance, il s’était frayé un chemin dans son existence alors qu’elle ne devait aucunement se détourner de la voie qui était sienne, de son destin, de sa fatalité. Alors elle avait choisi de se damner pour ne plus l’avoir dans les pattes. Se débarrasser de lui était la seule option envisageable, parce qu’elle ne pouvait pas vivre sans lui, mais elle ne pouvait pas non plus exister s’il demeurait dans son champ de vision. Elle s’agenouilla à ses côtés, recevant enfin un regard de sa part. Le dernier. Elle étira sa main pour caresser son front maculé de sang, ce fut à ce moment que les forces quittèrent l’homme en sursis et qu’il se laissa tomber dans ses bras. « Tu avais raison, fils d’Hadès, les Enfers ne seront jamais miens, il t’incombe donc d’en prendre soin en mon nom. Je te libère de ces entraves terrestres que tu affectionnais tant. Mais sache, mon aimé, que mon cœur n’est pas victorieux et qu’il te pleurera à chaque lever de lune, que son deuil ne sera jamais complet. » Henon rendit son dernier soupir au beau milieu de sa tirade. De nouvelles gouttes de sang vinrent entacher son visage si beau même dans la mort ; les larmes d’Hypatia n’étaient plus d’eau et de sel, sa douleur était telle qu’elle pleurait désormais du sang, comme une vulgaire créature blessée. Elle se pencha en avant pour déposer un baiser sur les lèvres de son ancien amant, avec une douceur et une tendresse dont elle n’avait jamais fait montre durant son vivant. Les regrets, la rancœur, le doute lui gonflaient la poitrine comme autant de cancers. Elle pouvait sentir ses dernières bribes d’humanité la quitter à chaque expiration. Ses doigts se crispèrent sur le tissu de la tunique de Heron, ses paumes s’illuminèrent d’une lueur ivoirine qui se diffusa sur l’ensemble du corps sans vie. « Puisses-tu comprendre qu’il m’était impossible de vivre tant que tu respirais. » Un nuage sombre vint recouvrir le soleil, plongeant la scène dans l’obscurité. Lorsque les rayons de clarté percèrent à nouveau, il n’était plus trace de l’homme qu’elle avait jadis aimé autant qu’elle l’avait haï. Il s’en était allé dans le royaume du dieu qu’il avait chéri et prié toute son existence d’homme. Quant à Hypatia, elle était contrainte d’errer sur cette terre, dans une carapace déchirée, jusqu’à ce que Perséphone juge bon de la rappeler à elle. Seule, pour toujours et à jamais.


Citation :
PSEUDO : Corpsie blablabla.
ÂGE : 198 ans.
OU J'AI CONNU LE FORUM : A la page 77 de mon livre de sortilèges.
POURQUOI JE ME SUIS INSCRIT : Pour jouer toutes les formes de Morgana du monde moderne (non, promis, je m'arrêterai avant Marilou Berry Arrow )

_________________

    I want to be still, I want to walk into your grave, where I can shelter in peace until all our cares have blown away.


Dernière édition par Hypatia Kallistrate le Lun 12 Nov - 12:55, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 18:34

Regarde, j'ai changé de compte exprès Arrow

C'est triste ta créa là Shocked


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypatia Kallistrate

avatar

Messages : 132
Pseudo : corpseheart.
Crédits : me & tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 18:45

Et encore, t'as pas encore les mots et l'histoire qui vont avec


_________________

    I want to be still, I want to walk into your grave, where I can shelter in peace until all our cares have blown away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 18:51

J'ai peur Shocked Arrow Et peur de ce qui arrivera à Neil quand elle va le rencontrer Arrow

I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypatia Kallistrate

avatar

Messages : 132
Pseudo : corpseheart.
Crédits : me & tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 18:53

Faut pas, aie confiance, elle n'est pas si méchante qu'il y paraît

_________________

    I want to be still, I want to walk into your grave, where I can shelter in peace until all our cares have blown away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 19:02

J'ai confiance

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter Driscoll

avatar

Messages : 101
Age : 30
Pseudo : sissi.
Crédits : tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mar 6 Nov - 20:50

Hypatia Kallistrate a écrit:

_________________

Why do I do this to myself ?
I've been here before and I don't like it. I'm trying to find where I went wrong. 'Cause I never want to feel the way I do right now ever again, totally lost and all alone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Mer 7 Nov - 13:09

Bah dis donc Hypatia et Heron, c'est... Shocked

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypatia Kallistrate

avatar

Messages : 132
Pseudo : corpseheart.
Crédits : me & tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Lun 12 Nov - 1:26

C'était Arrow

Et hop, hop, hop, on va valider cette petite crotte mythologique study

_________________

    I want to be still, I want to walk into your grave, where I can shelter in peace until all our cares have blown away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Lun 12 Nov - 12:30

Shocked Shocked Ils me font peur les deux Arrow

Sinon j'écoutais Star Spangled Man tout en lisant, ça collait pas vraiment Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypatia Kallistrate

avatar

Messages : 132
Pseudo : corpseheart.
Crédits : me & tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Lun 12 Nov - 12:40

Mais non, tout va bien maintenant qu'Heron n'est plus (j'aurais peut-être dû faire une anecdote récente pour montrer qu'elle n'est plus si... excessive )

Tu m'étonnes

_________________

    I want to be still, I want to walk into your grave, where I can shelter in peace until all our cares have blown away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Lun 12 Nov - 12:42

Tout va bien alors, j'avais juste un petit peu peur pour Neil et tout vu qu'il ressemble à Heron on sait jamais les sentiments que ça peut faire ressurgir Arrow


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypatia Kallistrate

avatar

Messages : 132
Pseudo : corpseheart.
Crédits : me & tumblr.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Lun 12 Nov - 12:56

Seul le temps nous le dira, ça

_________________

    I want to be still, I want to walk into your grave, where I can shelter in peace until all our cares have blown away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Gardner

avatar

Messages : 137
Pseudo : butter

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   Lun 12 Nov - 13:15


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.   

Revenir en haut Aller en bas
 
HYPATIA ▬ love, like a sentence of death, has left me stunned.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alice Cooper - Love It To Death (1971)
» [Italie] "Love and Death" utilisée durant le match de foot Allemagne-Argentine
» the Love Juke Box
» Spanish is the Love Tongue
» Stabwound ( Death Metal - Rouen)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Until Dark :: PRELUDE :: BETWEEN HEAVEN AND HELL :: Présentations validées-
Sauter vers: