AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I Will not Bow {R.}

Aller en bas 
AuteurMessage
Ioseph Valbertin

avatar

Messages : 136
Pseudo : Amiro_c
Crédits : myself

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: I Will not Bow {R.}   Lun 26 Nov - 23:04

    Les dernières lueurs du crépuscule transpercèrent la brume forestière, rendant l'agonie du jour un peu plus mystérieuse. Les vents de la journée avaient écartée les nuages et la douce brise restante caressait les feuilles mortes d'une délicatesse énigmatique, la nuit serait étoilée mais peut-être pas aussi calme que prévu. A quelques lieux d'ici, une vieille âme ré-ouvrait ses paupières, la faim aux canines et sa ferveur dans la tête. Il avait finalement gagné Londres et sa région, mais occupait une vieille bâtisse et sa cave abandonnée depuis quelques jours histoire de repérer les environs. Personne ne sait mieux faire son travail que lui et une parfaite connaissance du terrain était primordiale pour l'être nocturne. Il était là parce que le shérif local ne faisait pas correctement son travail et bien qu'il se ferait une joie de lui rendre une visite pour le secouer ou le tuer, il en avait fini avec ces enfantillages. Son autorité était telle qu'il ne devait rendre de comptes qu'à l'Ordre directement, pourquoi perdre du temps en sermonnant un incompétent.. Sa mission était plus.. globale, d'où l'importance de bien repérer les lieux et surtout d'identifier les populations "non-déclarés" qui pouvaient engendrer des situations à risques pour tous les règnes. Quand on a vécu plus de 1000 ans, les priorités, les moeurs et le habitudes changent, Ioseph n'était plus le jeune vampire barbare à souhait d'autrefois, plutôt le vieux & sage grincheux qui s'épanouit dans les lois. Son travail actuel en était la preuve irréfutable, il n'allait pas juste faire le boulot d'un poste qu'il n'a occupé que trop, l'être nocturne s'occupait désormais d'une sécurité collective et étendue, un rôle à la fois de médiateur, de protecteur (contre la propre connerie de ces créatures en général) et d’exécutif acharné. Ne pas avoir à la permission pour agir même contre la royauté était notamment un des avantages de sa position..

    Mais dans l'immédiat, il fallait se nourrir. Grâce à son ancienneté, il n'avait plus besoin de boire autant qu'avant, mais il était nécessaire d'alimenter sa puissance correctement. Qui sait, Branimir pouvait bien se retrouver à affronter des vampires ou des créatures aussi anciennes que puissantes. Pour aujourd'hui, un animal moyen comme une biche ou un sanglier feraient l'affaire. Le très vague souvenir de la dernière fois où il avait du en faire cuire un au feu de bois le fait bien sourire aujourd'hui..

    Ioseph sortit rapidement de la bâtisse. Son regard se déporta alors soigneusement vers la lune.. Éclairant durant un instant court une partie de son visage perdu entre la froideur de sa condition et la beauté que lui inspirait l'astre qui avait remplacé le soleil. La lueur de celle-ci se reflétait dans ses yeux clairs faisant illusion d'une humidité commune à son humanité profonde. La silhouette s’évanouit alors dans l'obscurité, fonçant avec vélocité en direction de la forêt de Redwoods, ne laissant même pas à ses yeux, le temps de voir les détails de la nature défilante autour de lui, mais laissant allègrement vagabonder ses sensations. Il s'arrêta net quand son odorat remarqua finalement la présence d'animaux.. comestibles. Il ne lui fallu que quelques instants pour débusquer deux farouches cochons sauvages prêts à charger. Le vampire leur présenta ironiquement ses respect pour une telle hardiesse, cela juste avant d'en découper un sèchement d'un passage éclair tout en repoussant l'autre à plusieurs mètres pour qu'il ne périsse pas ce soir. Le vieil être n'était effectivement plus le barbare affamé d'autrefois. Après avoir vidé le marcassin de son fluide vital et s'être soucieusement essuyé les babines de son délicat mouchoir fétiche, il s'abrutis quelques instants sous la voûte stellaire. Ironiquement Ioseph s'identifiait parfois aux étoiles, visibles seulement dans l'obscurité, fuyant à tout prix le soleil. Ces étoiles solitaires, même quand des choses "traînent" dans leurs orbites, mais pourtant si seules dans l'univers jusqu'à leurs lentes agonies.. Des vieux éclats bien plus âgés que le monde.. Néanmoins sa béatitude fut troublée par une odeur dérangeante mais reconnaissable.. Il ne savait pas encore de quelle direction cela venait mais il était bel et bien sûr qu'il s'agissait d'un lycanthrope.. Peut-être un représentant de la meute locale..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sally Driscoll
CORRUPTADMINkill with me tonight
avatar

Messages : 1419
Age : 29
Pseudo : corpseheart.
Crédits : imagine-pendragons.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: I Will not Bow {R.}   Mer 28 Nov - 1:15


La musique trop forte faisait vibrer les murs de la bâtisse, les rires se mêlaient au tintement des verres dans un tintamarre auquel Sally était habituée mais qui, ce soir-là, n’était pour le moins pas le bienvenu. Elle était lasse et agacée de ces soirées à répétition, de devoir entretenir des conversations qui ne l’intéressaient que superficiellement, de se tenir debout aux côtés de personnes dont elle ne supportait plus la compagnie. Elle avait besoin d’air, de retrouver sa liberté d’antan, lorsqu’elle était plus jeune. Elle avala d’un trait le contenu de son verre puis, de la façon la plus discrète qui fût, franchit la porte de l’appartement en se soustrayant ni vu ni connu au reste de sa meute. L’amour qu’elle le portait était inconditionnel, seulement elle en avait assez d’eux cette semaine. Quelque chose, ou quelqu’un, lui manquait, mais elle préférait ne pas y songer ; cela ne valait pas la peine de se remuer les méninges et le cœur alors qu’il avait fait son choix, même s’il l’avait fait passer pour le sien, à elle. Ce simple rappel des faits la fit maudire la lenteur de l’ascenseur qui finit par ouvrir ses portes, qu’elle franchit en se débarrassant de ses chaussures dont les talons ne feraient que la ralentir davantage. Elle ignorait jusqu’où mais elle se mit à courir dans les rues de Londres qui baignaient dans les tons rouge-orangés du soleil couchant. Cette ville était l’une des plus intéressantes au monde, cependant elle pouvait aussi se montrer étouffante, il était aisé de se faire avaler par ses tentations, de fermer les yeux sur les problèmes et se contenter de vivoter. C’était ce que Sally avait fait au cours de ces dernières années, elle s’était reposée sur ses acquis, elle n’avait pas cherché à se battre pour un quotidien moins banal. Aujourd’hui, alors que ses yeux avaient été ouverts sur d’autres horizons, elle se retrouvait cloîtrée dans sa prison dorée sans moyen d’en sortir. Cela l’emplissait d’une frustration sans nom. Cela la rendait folle et se faisait ressentir sur son comportement. Adieu la Sally agréable, douce et décidée à aider son prochain ; elle s’était renfermée sur elle-même depuis plusieurs jours. Mais le pire était que personne n’avait rien remarqué.

Lorsque ses pieds furent trop fatigués pour la porter plus loin, que les immeubles furent remplacés par des arbres centenaires et que la lumière blafarde des lampadaires se fut éteinte au profit du halo réconfortant de la lune, Sally s’autorisa une halte. Bien évidemment, l’habitude l’avait guidée dans sa très chère forêt. La lycanthrope ferma les yeux et inspira une longue bouffée d’air frais, cherchant par là à calmer son esprit tourmenté, néanmoins une odeur particulière, au combien désagréable, ne fit que renforcer son énervement. Le vent amenait dans son sillage un parfum métallique reconnaissable entre mille. Cela sentait le sang et le cadavre froid. Cela sentait le vampire. Il ne manquait plus que ça, songea-t-elle amèrement en se dirigeant vers l’origine de la senteur. Elle ne comptait pas se laissait gâcher la soirée par un amateur d’hémoglobine, elle venait de trop loin pour faire marche arrière maintenant. En outre, elle considérait cette partie de la forêt comme partie de son territoire. L’intrus n’avait rien à faire ici.
« J’ignore qui vous êtes et quelles sont vos intentions mais vous vous trouvez entre moi et l'objet de mes désirs. » Son ton était glacial, à l’image de son cœur, et ne tolérait pas de réponse négative. Elle s’avança de quelques pas, suffisamment pour que la silhouette de l’indésirable se détachât dans l’obscurité. Il devait faire une bonne tête de plus qu’elle mais elle ne le craignait pas, sa colère sourde la rendait invincible. Ou bien était-ce de la bêtise ? Qu’elle qu’en fût la raison, elle étira ses lèvres en un rictus sardonique au moment de prononcer ses derniers mots : « Déguerpissez, maintenant. » Elle n’avait aucun renfort possible, personne ne savait où elle se trouvait, et elle s’en moquait. Peut-être, au fond, cherchait-elle sciemment le conflit avec ce vampire qu’elle ne connaissait pas. Elle espérait qu’un adversaire à sa mesure puisse lui faire oublier tout le reste, que sortir les crocs sur un « innocent » lui changerait les idées. Et ferait diminuer la rage qui embrumait son esprit.

_________________


    And I’ve seen it in the flights of birds, I’ve seen it in you. The entrails of the animals, the blood running through. But in order to get to the heart, I think sometimes you'll have to cut through. But you can't...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ioseph Valbertin

avatar

Messages : 136
Pseudo : Amiro_c
Crédits : myself

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: I Will not Bow {R.}   Mer 28 Nov - 15:45

    Bien que ces bois ressemblaient à ceux qu'il avait parcouru durant sa longue vie, l'atmosphère de ceux-ci lui rappelait sa forêt natale. Cette très légère brume hypnotisante, l'humidité de ses mousses & feuilles mortes, la noblesse de ses arbres, tout était réunis pour ressasser des souvenirs enfouis.
    Ceux de la lutte et de la fuite de sa famille de l'Empire Romain tout autant que ces délicieux moments au coin du feu crépitant, dégustant les proies fraîches de la journée dans une allégresse caractéristique.
    De temps à autre Ioseph rêvait de sa Lika avec une grande nostalgie, il songeait à ce royaume qu'il avait laissé au profit de Sergei, son premier née. Celui à qui il avait du apprendre les choses qu'Andras n'avait pu lui transmettre, celui qui l'avait suivi le plus longtemps à travers ses périples eurasiens et qui n'avait jamais trembler face à la mort. Celui qui aurait donner sa vie sans hésiter contre celle de son créateur.. Les yeux dans le vide, l'être nocturne ne pu s'empêcher de visualiser les visages de ses progénitures dispersées dans le vent, leur absences était tout juste supportable. On sous estime toujours les liens de parenté vampirique, pour Branimir il ne s'agissait pas juste d'un devoir paternaliste, leur communion était indescriptible. Il ne les avait pas revu depuis des années mais les ressentait chaque nuits malgré le temps et l'espace. Ioseph acceptait avec ferveur la condition de son nouveau rôle et grâce à la certitude qu'il les retrouverait et réunirait un jour, il pouvait accomplir son devoir sans sourciller. C'est ce que les humains appellent la foi, la vrai, au delà de la confiance et du pragmatisme lié à leurs puissances respectives. Sa famille était bel et bien dans son coeur de pierre, elle était le magma qui le maintenait en vie, et tout leurs ressentis falsifiaient avec grâce le battement absent de celui-ci.

    Le loup se rapprochait et Ioseph l'attendait de pied ferme, son visage était calme alors qu'il sentait les animaux aux alentours fuirent le prédateur. Peu importe, en une dizaine de siècles, il avait fait le tour de leur condition et avait croisé énormément de meutes différentes des plus fragiles & pacifiques aux plus robustes & barbares. Un conseil avisé, ne vous mettez pas à dos les meutes du grand nord sibérien, ces énergumènes là font partis des plus puissants & hargneux clans qu'il ait rencontré. Les légendes disent même qu'il feraient partis des premiers loups de l'histoire et qu'ils seraient à l'origine des premières meutes amérindiennes lors des migrations lointaines, à une époque où l'on pouvait encore franchir le détroit de Bering à pied.. Même de son temps, ceux-ci étaient aussi forts qu'un loup actuel consommant du sang vampirique et si Ioseph ne guérissait pas, il aurait de monstrueuses cicatrices à vous montrer.. Mais au diable les légendes, toutes les meutes ont leurs mythes après tout. La moralité de l'histoire est qu'il ne craint plus vraiment ce peuple, dont les lignées héréditaires se sont stabilisés à un niveau de puissance ma foi très correct en Europe de l'Ouest. A son âge, il pourrait se faire un plaisir de les étriper un par un mais ce n'était pas du tout le but de sa visite. Comme toutes les autres créatures, il les respectait en tant qu'individu et n'était pas leur ennemi, et même s'ils sentent la charogne velue, ils n'étaient pas totalement des animaux bien que leur notion de meute envers et contre tous lui semblait particulièrement primitive. Tout autant que les nids sadiques de sa race d'ailleurs.
    Néanmoins le seul problème résidait dans le conflit historique qui régissait leurs deux espèces depuis des millénaires. Tantôt alliés, tantôt en guerre, la passion du secret, des rivalités & des trahisons ont semés par dizaines les graines de la haine chez les deux camps, poussant les plus fermés à littéralement ne plus se sentir. Là résidait toute la délicatesse de sa position, lui qui devait régir une sécurité pour tous n'était pas souvent bienvenue sur le territoire d'une meute, qui entre autre ne pouvait comprendre son rôle par rapport à ce qu'ils connaissent de leurs hiérarchies respectives.

    Une voix féminine perça finalement la pénombre;
    « J’ignore qui vous êtes et quelles sont vos intentions mais vous vous trouvez entre moi et l'objet de mes désirs. » Malgré ses sens aiguisés, Ioseph ne put qu’apercevoir sa silhouette. La distance à laquelle la louve se tenait indiquait une certaine prudence malgré l'audace et l'antipathie de son ton. Elle ne semblait pas particulièrement heureuse d'avoir été interrompu dans sa promenade ou sa chasse par l'être nocturne mais le blâme n'était bien sur pas de vigueur. À l'inverse, cela allait soulager son travail, même si visiblement il ne s'agissait pas d'un émissaire officiel de sa meute, il se contenterait de ce premier contact pour s'introduire dans la vie "sauvage" de Londres.
    Il pouvait sentir son aigreur d'ici, dialoguer serait...
    « Déguerpissez, maintenant. »..épineux.. Sa confiance en elle était exemplaire ou bien était-elle juste complètement inconsciente, aveuglée par ses propres problèmes d’ego, peu importe, la démarche du vampire était sérieuse et il n'allait pas plier par diplomatie futile. D'un trait, il fendit le doux brouillard ombragé et se retrouva adossé sur l'arbre à la gauche de la demoiselle qu'il pouvait enfin voir clairement. Ses longs cheveux ébène lui rappelait ceux d'une de ses soeurs, Amélia mais son regard clair était d'un autre acajou.. « Allons, allons, mademoiselle, je ne suis pas votre ennemi.. Je n'ai aucun plaisir à chasser le loup.. » fit-il d'un air détaché & moqueur tout en croisant les bras.« Mes intentions ne sont pas de vous faire obstacle, juste m'assurer que le calme nocturne demeure... Si j'outre-passe le territoire de votre meute veuillez m'en excuser mais ma mission dépasse vos simples conditions... » Il marqua une légère pause avant de poursuivre tout en se détachant de son dossier naturel et se rapprocher petit à petit de son interlocutrice en tournant autour.. "Je suis Ioseph Valbertin, Exécutant de l'Ordre de l'Ombre à votre... service.." ajouta t-il en parodiant très vulgairement un salut incliné et ne se gênant pas pour affirmer un rictus goguenard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sally Driscoll
CORRUPTADMINkill with me tonight
avatar

Messages : 1419
Age : 29
Pseudo : corpseheart.
Crédits : imagine-pendragons.

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: I Will not Bow {R.}   Dim 2 Déc - 23:57

Malgré son statut à l’importance relative au sein de sa meute, sa position de fille d’alpha et d’héritière directe, Sally n’avait que peu d’expérience avec les vampires. Elle n’en avait rencontré que quelques uns, jamais bien longtemps, puisqu’il y avait toujours eu une main secourable pour la tirer en arrière, pour lui épargner les longues conversations ou les combats sanglants. Il ne lui semblait exister que ces deux options pour ces races ennemies dont l’animosité réciproque remontait à des temps ancestraux. Elle n’avait jamais cherché à questionner ce que son instinct lui dictait : ils n’étaient pas faits pour s’entendre, le conflit était leur lot. L’individu qui lui faisait face ce soir-là ne constituerait pas une exception, qu’importaient les propos mielleux qu’il pouvait tenir. Elle n’était pas dupe, elle savait de quoi son espèce était faite. Fourberie et déception étaient les traits qui revenaient le plus souvent dans les portraits que ses semblables lui avaient dressés, ils étaient des serpents sournois dont le but premier était d’exterminer tout ce qui avait le sang chaud. Et on ne faisait pas plus bouillonnant que le contenu des veines d’un loup garou. En dépit du trouble évident qu’il faisait naître chez elle, la jeune femme esquissa un sourire à ses premières répliques. Il ne manquait pas d’air pour un être dont les poumons n’étaient plus qu’accessoires désuets. Elle planta son regard clair dans le sien, qui lui ressemblait étrangement, et secoua lentement la tête de gauche à droite. La prétention dont il faisait montre était presque risible. Se croyait-il à ce point supérieur à elle qu’il n’envisageait pas la possibilité qu’elle fût une adepte de la chasse au vampire ? Qu’elle était la créature la plus dangereuse au sein du duo improbable qu’ils formaient ce soir-là ? Il en imposait certes plus qu’elle d’un point de vue physique, elle n’en demeurait pas moins la plus irascible, et la flamme qui brûlait dans ses yeux n’était pas des plus engageantes. Néanmoins, son langage corporel la trahissait. Elle avait beau garder la tête haute, le mouvement de recul qu’elle esquissa tandis qu’il s’avançait ne trompa personne. Elle craignait son interlocuteur car elle ignorait ses intentions et ce dont il était capable. Ses paroles ne valaient rien, il pouvait s’agir de promesses en l’air, pour tout ce qu’elle savait de lui.

Fronçant les sourcils en suivant ses déplacements du regard – lui tourner le dos n’était pas envisageable – elle se mordilla la lèvre inférieure, prise entre l’envie d’en apprendre plus à son sujet et celle de lui sauter à la gorge. Elle n’avait jamais goûté au sang vampirique, pourtant ses vertus lui avaient été vantées à plus d’une reprise.
« Sally Driscoll, » lâcha-t-elle sans l’ombre d’une hésitation. Son nom de famille était sa fierté, il était également doté d’une certaine réputation au Royaume-Uni, les réactions du vampire à son entente lui offrirait des indications quant à sa provenance, s’il était à Londres depuis suffisamment longtemps pour en avoir entendu parler ou non. « J’ignore quelle est la nature de votre mission, et à vrai dire cela ne m’intéresse guère, » commença-t-elle en osant un pas dans sa direction. Il était temps de renverser la tendance dans cette confrontation au demeurant cordiale. « Toutefois, je me dois de vous informer que ces bois ne sont pas soumis à votre juridiction, monsieur Ioseph Valbertin de l’Ordre de l’Ombre. » L’ironie était aussi bien présente sur ses lèvres que dans son intonation. Il se prenait pour tout-puissant alors qu’il était sur un territoire neutre, sauvage, qui n’appartenait qu’aux animaux qui la peuplaient. Il venait de dévoiler un détail important de son curriculum vitae en se présentant comme un représentant de l’Ordre ; elle n’était pas certaine de connaître toutes les subtilités de ce groupuscule, elle savait seulement que ses adeptes pouvaient faire preuve d’un extrémisme malvenu. Elle se rendait soudainement compte de son ignorance. Elle s’était fermée à cette partie de la population nocturne depuis que l’une d’entre eux lui avait dérobé son jeune frère, elle leur avait dès lors voué une haine aveugle qu’elle réalisait aujourd’hui infondée. Tous ne pouvaient pas être foncièrement mauvais. Comme partout, des exceptions existaient. L’homme à qui elle s’adressait en était peut-être une. Plus les secondes s’égrainaient, moins elle était certaine de ce qu’elle faisait. Rester en sa compagnie était-il une bonne idée ? N’importe quel membre de sa meute lui aurait hurlé que non, de cela elle avait la conviction. Cependant, elle avait volontairement fui leur compagnie, et par conséquent leur avis sur la question. Elle devrait se forger sa propre opinion, seul le temps, ainsi que quelques questions pertinentes, pourrait l’aider dans cette tâche.

Un silence s’installa temporairement entre eux et Sally put constater que le monde qui les entourait s’était tu, comme aux aguets, dans l’expectative de quelque chose de grave. Comme si le moindre habitant de la forêt craignait ce qui allait se passer. Cette réalisation lui fit froncer les sourcils. Lorsqu’elle se baladait seule, le monde continuait de tourner, les animaux ne s’arrêtaient pas de vivre, cela voulait par conséquent dire que sa présence n’était pas considérée comme une menace. Le vampire, ce Valbertin, devait être la raison de ce changement d’atmosphère. Voilà donc qui formait une bonne raison de ne pas se fier à lui. La nature même n’était pas rassurée par sa présence, Sally ne lui ferait pas confiance non plus.
« Vous pouvez constater que le calme nocturne, comme vous l’appelez, est respecté ici. Si vous n'avez rien d'autre à ajouter, votre devoir est accompli, merci beaucoup. » Pour la deuxième fois en l’espace de quelques minutes, elle lui faisait comprendre qu’il n’était pas le bienvenu, elle espérait que cette fois le message allait être passé. Elle était tiraillée entre la curiosité et la peur instinctive qu’il développait sans son esprit, cela était un mélange hasardeux et peu agréable. Il valait mieux, en effet, qu’il déguerpisse. Puisque ce ne serait pas elle qui le ferait en premier.

_________________


    And I’ve seen it in the flights of birds, I’ve seen it in you. The entrails of the animals, the blood running through. But in order to get to the heart, I think sometimes you'll have to cut through. But you can't...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ioseph Valbertin

avatar

Messages : 136
Pseudo : Amiro_c
Crédits : myself

VOICES IN YOUR HEAD
my stairway goes to:
what feels good tonight:

MessageSujet: Re: I Will not Bow {R.}   Sam 8 Déc - 3:38

    Il se détacha rapidement de son dossier, éludant son chemin en se rapprochant délicatement de la demoiselle, ses yeux froids plongés dans les siens, il savait pertinemment qu'il ne pouvait pas utiliser ses facultés avec elle, cela n'en serait que plus intéressant. Dans son passé récent, Ioseph a eu la chance d'étudier partiellement la psychologie et malgré quelques lacunes (propre à son décalage avec les moeurs & coutumes de cette époque), reconnaître les sentiments cachés de ses interlocuteurs faisait désormais partie intégrante de ses prérogatives. L'être nocturne n'avait pas un esprit de compétition particulièrement développé, du moins plus maintenant mais il était clair que la louve en face de lui, suivant ses mouvements sans jamais lui tourner le dos ne semblait pas du tout du même avis. Différentes philosophies, serait la réponse la plus commune, mais quelque chose était incertain, comme une fausse tension stagnante. On pouvait clairement lire dans ses yeux une envie primâle & hâtive de l'étriper sur place mais la position de son corps trahissait son hardiesse. Alors qu'il venait de se présenter en raillant sa propre inclination, ses yeux vifs avaient perçu ce léger recul significatif. Elle n'était pas si sur d'elle mais bien décider à rester sur ses positions. Elle lui donna rapidement son nom, l'être nocturne se stoppa alors en lui souriant. Driscoll.. Ioseph avait donc eu les bonnes informations, et par chance il se retrouvait directement en face d'elle faisant partie de la vieille meute du pays. Enfin une prise intéressante..

    La louve se rapprocha d'un pas pour lui vociférer les banalités d'usages, pas intéressé, bla, bla, bla.. pas votre juridiction, etc.. C'était malheureusement un des discours qu'il avait le plus entendue durant sa longue carrière. Que se soit avec n'importe quelles créatures, il n'arrivait jamais vraiment à les convaincre qu'il était là pour le bénéfice de tous. Mais Ioseph ne se leurrait pas, comment le pouvait-il en ayant considéré sa condition aussi longtemps. Son espèce est prédatrice par nature, majoritairement bestiale et volontairement effrayante. Les animaux du coin étaient partis sur son passage parce qu'ils ressentait un irritant danger, c'est ce qui émanait de sa seconde vie. Personne ne peut être facilement rassuré d’interagir avec un vampire mais les choses doivent se faire quand même. La facette ennuyeuse du job dirait t-on, mais il n'allait pas non plus aller lécher les bottes de l'alpha du coin pour demander la permission de marcher librement. Il n'était pas du genre à demander d'ailleurs, ce n'était pas quelques loups qui l'arrêteraient. Il n'était pas bête au point de les attaquer non plus, Ioseph était plus diplomate que ça. Le produit de l'expérience. La terre demeure à toutes les créatures, et ce n'est pas son problème si celles-ci se referment sur elles-mêmes et se chamaillent pour des histoires de frontières du moyen-âge. Dans une majorité de cas, tout le monde rejetait joyeusement la faute sur les atrocités de son peuple pour se sentir moins sauvage qu'un suceur de sang.. Les choses n'avaient pas vraiment changés depuis les derniers siècles. Fatalement personne ne pouvait faire confiance à quelqu'un comme Ioseph.

    Elle le lui signifia magnifiquement en lui disant pour la seconde fois de s'en aller. Elle n'allait visiblement pas se laisser convaincre et ne bougerait pas d'un pouce. Forcément il était obligé de tomber sur la têtue du clan. Il souffla très significativement en détournant son regard de la belle. Il n'avait pas réellement beaucoup d'options ici. Les informations intéressantes qu'il pouvait acquérir de la louve n'allaient pas s'offrir à lui de si tôt et il pouvait tout autant regretter de passer son chemin et d'ignorer la juridiction des Driscoll. Comme souvent, le vampire se retrouvait dans un bourbier de diplomatie pour pas grand-chose, le genre de moment où l'instinct primaire lui hurlerait d'habituel de tous les éventrer pour régler le problème, mais ce genre de réaction n'était plus la bienvenue. Ioseph n'avait plus eu ces réflexes de barbarie depuis plusieurs siècles et ne souhaitait surtout pas faire réapparaître cette facette si violente de lui-même. Il fallait ici jouer la carte de la délicatesse pour défroisser un peu cette Sally visiblement chiffonnée..
    « Votre ironie vous sauvera vous savez.. » ponctua-il en se redressant vers son interlocutrice avec le sourire.. « ..mais vous vous doutez que je ne peut faillir à mon devoir.. Je ne suis pas là pour causer des ennuis mais pour les réparer. Je défends un intérêt commun à tous. »

    Il recommença à marcher en croisant les bras derrière le dos tout en gardant ce rictus agaçant, marquant intentionnellement un temps de pause pour épier les mimiques de la louve. L'être de la nuit pouvait entendre son coeur naviguant entre l'excitation & la peur. Cruel paradoxe de l'humanité, trahie par ce magnifique organe au profit de ceux qui n'en ont plus. Elle pouvait aisément lui mentir aux oreilles toute la soirée mais pas tromper ses épatantes sensations. Les froncements de ses élégants sourcils trahissaient également sa frustration, surement de ne pas pouvoir lui botter les fesses elle-même. La demoiselle oscillait visiblement dans ses sentiments, à la fois solide et lunatique, acariâtre & polie. Elle s'était engagée dans ce rapport de force soit avec grande considération, soit par puérile inconscience, mais l'instinct de Ioseph lui soufflait vulgairement qu'il pouvait s'agir des deux... « Dites-moi Sally, vous savez bien que rien ne peut vraiment m'interdire de marcher sur vos terres et de vous briser, on ne piétine pas une fleur bien sur mais qu'est-ce qui vous fais tenir devant moi avec autant de conviction ? Expliquez-moi ce sentiment s'il-vous-plait.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I Will not Bow {R.}   

Revenir en haut Aller en bas
 
I Will not Bow {R.}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Until Dark :: AROUNDS :: Redwoods Forest-
Sauter vers: