AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CONTEXTE | Until Dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Sheriff
YOU BEG, I BREAK »

avatar

Messages : 71

MessageSujet: CONTEXTE | Until Dark   Dim 18 Oct - 21:06



Entre Mississippi, champs et marécages, Saint-Bel la française vous ouvre ses portes. Venez découvrir cette ville peu connue des touristes à cause de son humilité mais reconnue par les fins gourmets de tous les Etats-Unis grâce à son inégalable moutarde au miel. Laissez de côté les grandes villes polluées pour vous ressourcer dans la Louisiane profonde, bercés par le chant des trompettes ou des accordéons, renouez avec l’Américain fier de sa patrie qui demeure dans votre cœur. Allez également à la rencontre de sa communauté de gens du voyage toujours prête à dispenser les légendes locales pour le plus grand bonheur des visiteurs.
Pour son histoire, son art de vivre et son atmosphère unique, Saint-Bel mérite le détour !


*

Attirer les touristes est indispensable pour l’expansion d’une ville, en écrivant ces mots, les mieux placés de Saint-Bel ont néanmoins omis quelques détails qui, pourtant, confèrent davantage d’attrait à la ville. Toutefois pas un attrait comme ils l’auraient souhaité. Ainsi, « l’Américain fier de sa patrie » se voit fortement caricaturé par tous ses semi-descendants de soldats de la Guerre de Sécession, la moutarde au miel laisse un goût des plus désagréables sur les palais non habitués, l’atmosphère ambiante est peuplée de moustiques et d’alligators. Quant aux « gens du voyage », jamais ils n’ont été les bienvenus à Saint-Bel. Ils s’y sont installés pour une raison qu’eux seuls connaissent et dès lors ils ont évité les autorités locales qui les poussent à s’installer ailleurs, craignant pour la sûreté de la ville. Des légendes païennes veulent que Saint-Bel soit une ville maudite, les habitants le croient volontiers puisqu’elle est sujette à une « invasion » de gitans.

*



« La poussière des épis se mêlera aux crocs acérés
Tels des reptiles affamés ils surgiront hors des abîmes
Et en un corps commun
Dans un million d’embruns
Ils viendront exaucer soixante six prières
Murmures dans les ténèbres
Ils chasseront les étrangers
Jusqu’aux plus lointaines cimes
Leur fardeau sera une vengeance assassine.
»
- extrait de la Pavitra Pusta (livre sacré gitan)


**

De tous temps, il s’est passé des phénomènes inexplicables à Saint-Bel, les locaux disaient que cela était en grande partie dû aux mages et autres sorcières qui vivaient dissimulés parmi les caravanes des gitans. Ils se posaient des questions à leur sujet sans forcément vouloir de réponse ; pourtant, en décembre, lors du solstice de l’année deux-mille-quatre, de nombreuses interrogations prirent fin puisqu’une communauté bien plus importante mais surtout plus dangereuse que celle du voyage sortit de l’ombre. La nouvelle tomba dans tous les Etats-Unis puis se répandit dans les heures qui suivirent dans le reste du monde ; Bram Stoker et tous ses suivants avaient eu raison, les vampires existaient bel et bien. Evidemment, cette information bouleversa les milliards d’existences terrestres, causant plus de dommages que l’arrêt total de rotation de la planète. Tous les yeux étaient rivés sur les gouvernements, plus précisément celui des Etats-Unis qui recensaient le plus « d’individus nocturnes ». Les chefs d’Etats argumentèrent des mois et des mois avant de sortir une loi certifiant que les Vampires possédaient les mêmes droits que le reste des Hommes, ils allèrent jusqu’à ratifier un décret quant à la distribution du sang animal en faveur des êtres de la nuit pour qu’ils n’aient pas à se repaître de sang humain. Néanmoins, l’accueil ne fut pas pour autant chaleureux et nombreux sont ceux qui ne souhaitent qu’une seule chose : voir disparaître ces créatures de Satan. Créatures qui, de leur côté, ne sont pas davantage unies puisque beaucoup ne se satisfont pas du sang d’animaux de ferme.

Le monde était alors en plein dans sa deux-mille-quatrième année.

*


    « - […] et si vous venez de nous rejoindre, pas d’inquiétude, vous n’avez rien manqué. Je vous rappelle que je me trouve en compagnie de Patsy McDouglas, épouse de Richard McDouglas, ancien maire de Sacramento, Californie, aujourd’hui reconverti leader des Défenseurs de la Lumière, une organisation qui prône la superpuissance des êtres humains contre, je cite « la menace vampirique croissante ». Madame McDouglas, c’est un réel plaisir de vous avoir sur ce plateau.

    - Le plaisir est partagé.

    - En simultanée, nous avons au téléphone Adam Murnau, représentant officiel de l’Ordre de l’Ombre présentement à Londres pour affaires. Bonjour, ou plutôt bonsoir, à vous, Monsieur Murnau. Je suis ravie du temps que vous nous consacrez en cette période qui, j’en suis consciente, n’est nullement évidente.

    - Aucun problème, Isabel, nous autres vampires sommes tout à fait disposés à offrir de notre temps lorsqu’il s’agit de faire valoir nos droits.

    - Vos droits ? Encore faut-il être humain et doté d’un cœur en bon état de fonctionnement pour avoir des droits…

    - Excusez-moi, Madame McDouglas, mais le débat n’est pas encore commencé, vous aurez votre temps de parole au moment voulu. […] Bien, on vient de m’annoncer que le temps de Monsieur Murnau était quelque peu réduit, je vais commencer par lui donner la parole afin de lui offrir une chance équitable. Donc, Monsieur Murnau, que pouvez-vous nous dire en réponse aux accusations de meurtres, viols, infanticides et détournements de biens hospitaliers envers votre communauté ?

    - Et bien, je dois dire que vous n’y allez pas de main morte, Isabel, sans mauvais jeu de mots. Je répondrai tout d’abord que les vampires ne forment pas une communauté dans le sens où nous nous postons en décalage avec vous. Certes, nous possédons nos propres règlements et une hiérarchie spécifique, toutefois nous ne nous mettrons jamais en concurrence avec le gouvernement ou toute autre forme de pouvoir régissant la société. Pour ce qui est des accusations en elles-mêmes, je n’ai pas de réponse toute faite à vous offrir si ce n’est qu’il ne faut pas tomber dans le défaut de généralité. Je ne peux nier que certains d’entre nous ont développé une sorte d’allergie psychologique au sang qui nous est mis à disposition, ils refusent d’entrer dans le rang pour une raison qui nous échappe mais cette particularité ne doit aucunement refléter ce que nous sommes dans notre globalité. Je sais que les atrocités commises par des membres de mon espèce sont inacceptables et croyez bien que ceux que nous prenons à tuer des humains sont sévèrement punis. Seulement, il nous est impossible de tous les contrôler en dépit de nos efforts pour vous protéger. Il en est de même pour les vols dont vous parlez. Nous faisons face à une délinquance dans le milieu hospitalier que nous ne parvenons à endiguer ; de plus en plus de groupes se forment, dérobant des camions de transport de sang humain. Là encore, les dégâts causés par de tels agissements sont conséquents et nous faisons tout notre possible pour les arrêter.

    - Vous nous parlez de promesses mais depuis que vous êtes sortis du cercueil, rien n’a changé, il y a toujours autant de morts par votre faute.

    - Parce que l’espèce humaine n’est pas capable de tuer ? Combien comptez-vous de viols, de tortures et actes abjectes commis bien avant que vous ne connaissiez notre existence ? A la différence près que si un vampire tue, et je ne dis aucunement cela pour nous disculper, il le fait dans le but de se nourrir là où un homme le ferait par plaisir ou folie. En outre, comme je l’ai indiqué, vous ne mentionnez là qu’une minorité de notre caste.

    - Votre caste est une aberration de la nature ! Vous…

    - Pardonnez-moi de vous interrompre, Madame, mais votre temps de parole n’est pas encore venu, je vais vous demander de patienter jusqu’à ce que Monsieur Murnau ait terminé… Monsieur Murnau ?

    - Laissez-la donc s’exprimer, puisqu’elle est incapable de contenir sa soif de parler.

    - Je suis tout à fait en mesure de contenir ma soif, Monsieur, contrairement à ceux de votre espèce qui, désolée de vous contredire, n’a plus rien d’humain. Vous vous targuez d’être comme nous alors que le soleil, astre qui contribue à notre survie, est un péril à la vôtre, que vous êtes dotés de pouvoirs qui annihilent notre libre-arbitre et que votre cœur a cessé de battre. Je ne vois pas en quoi nous sommes comparables si ce n’est en enveloppe corporelle. Vous énoncez être prêts à vous conformer à nos règles comme si ces dernières n’étaient qu’une formalité, hors, Monsieur Murnau, les seules formalités que j’entraperçois sont celles de votre monde. Votre hiérarchie a été mise en place secrètement, dans l’ombre, aussi sournoisement que tout ce que vous entreprenez. Ne venez pas clamer à qui veut l’entendre que vous vous pliez à nos règles alors que celles-ci ont en partie été modifiées pour vous par je-ne-sais quel stratagème.

    - Excusez mon interruption, mais, est-ce que vous sous-entendez que les vampires eux-mêmes seraient derrière la loi qui autorise le convoiement spécial de sang animal ?

    - Je ne sous-entends rien mais vous voyez par vous-même à quel point cela paraît crédible. Les vampires sont les créatures les plus fourbes que la Terre ait jamais portées. Cela se lit sur vos visages émaciés, vos doigts squelettiques ne trompent personne et tous nous savons que vous ne devez votre salut à travers les âges qu’à votre capacité à vous insinuer dans les esprits les plus faibles. Vous n’êtes bons qu’à vouer l’espèce humaine à sa perte parce que vous êtes avides de sang autan que de pouvoir. Je vous le dis haut et fort, je cautionne fortement le fait que des personnes décident de brûler vos demeures ou plantent des pieux dans vos cœurs inutiles. Ces gens ne font qu’agir pour notre bien à tous !

    - Vous dépassez le débat, Madame McDouglas, je vais devoir… […] »


- LSI News – 23 janvier 2007

*

La guerre froide entre Défenseurs de la Lumière et Ordre de l’Ombre fait rage depuis des années, les humains d’un côté, les vampires de l’autre. Mais le quotidien est loin d’être aussi manichéen puisque dans chaque partie existent des exceptions. Les suceurs de sang ne veulent pas tous éviter la guerre et font leur possible pour se faire remarquer. Des humains désireux de toucher du doigt la puissance vampirique rampent dans les bars, la nuit, à la recherche du grand frisson. Au final, le sort du monde est lié à ce conflit alors que d’autres créatures demeurent tapies dans l’ombre, attendant chacune le moment propice pour s’exhiber ou en continuant de se repaître silencieusement de victimes anonymes.

contexte ©️ Corpse Heart pour Until Dark
toute copie, totale ou partielle, est formellement interdite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CONTEXTE | Until Dark
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"
» NIGHTWISH - Dark Passion Play
» Virgin Prunes (Dark Cabaret - Irlande)
» Reutoff (dark indus - Russie)
» LONEWOLF, The Dark Crusade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Until Dark :: HORS JEU :: Corbeille-
Sauter vers: